Aller au contenu principal

Sécurité

Photo sécurité

Au travers de son expérience, éolane peut accompagner ses clients dans une approche FDMS (Fiabilité, Disponibilité, Maintenabilité et Sécurité), lors du développement de produits dont  les défaillances peuvent entrainer des évènements graves, remettant en cause la sécurité des personnes, des moyens ou autres.

Pour un système complet ou un sous-système, les 200 ingénieurs R&D d'éolane :

  • identifient tous les risques possibles des produits
  • définissent le niveau de sûreté associé à chaque risque
  • conçoivent la solution correspondante
  • prennent en compte les opérations de maintenabilité et de remise en état
  • mènent la certification ou apportent les preuves nécessaires

Normes et marchés

Tableau normes et marchés

  • L’EN 61508 est la norme « chapeau » pour le monde de l’industrie traitant de la sécurité fonctionnelle des systèmes électroniques
  • Les normes ci-contre sont des déclinaisons adaptées à chaque marché

Depuis plus de 10 ans, les équipes R&D d'éolane peuvent justifier d’expériences réussies de conception en liaison avec ces normes et ces marchés.

Selon le niveau de sécurité requis par produit, éolane est capable d'être totalement autonome ou peut faire appel à des partenaires identifiés.

3 Etapes

1. Identification des risques et process

  • Deux possibilités : 
    • Une analyse des risques a déjà été réalisée par le client et servira de base pour la suite du projet
    • Ou, éolane accompagne ses clients pour la réaliser
  • L’analyse de risques permet de définir le niveau de sûreté à associer à chaque risque, selon la norme de référence. Exemples : 
    • marché automobile (ISO 26262): de l’ASIL A (le moins sûr) à l’ASIL D (le plus sûr)
    • marché ferroviaire (EN 50126) : du SIL 0 (le moins sûr) au SIL 4 (le plus sûr)
  • A l’issu de cette analyse, éolane
    • adapte ses cycles de développement selon le ou les niveaux de sûreté requis
    • constitue une équipe projet aguerrie, en prenant en compte les contraintes d’indépendance nécessaires

2. Une architecture adaptée

Grâce à une démarche itérative permettant de définir une architecture fonctionnelle et de la rendre sûre vis-à-vis de ses défaillances potentielles, chaque fonction est :

  • allouée à un ou plusieurs métiers : électronique, logiciel, mécanique.
  • rendue « robuste » via :
    • l’ajout de diagnostics
    • la redondance de certaines sous-fonctions 
    • la conception en sécurité intrinsèque

3. Les preuves

Les contraintes normatives imposent de justifier la méthode de conception et de vérification. Plus le produit est sûr, plus la profondeur de justification est forte.

Les preuves peuvent être constituées par les éléments suivants :

  • le plan de développement
  • les métriques demandées par les normes et basées sur des calculs faisant intervenir le système complet (l’électronique et le logiciel)
  • Les AMDEC
  • Les arbres de défaillances

Critères de différenciation

  • La prise en compte des besoins clients au centre des solutions pour une performance optimale
  • Une très grande diversité de produits sécuritaires déjà développés dans de nombreux secteurs d’activités
  • Des équipes pluridisciplinaires en contact permanent (R&D, Industriel, Achats …) et un réseau de partenaires éprouvé
  • Une cohérence de l’ensemble des métiers et de leurs cycles de développement
  • Une expérience moyenne des équipes de plus de 15 ans